Un paramètre essentiel : la monnaie

Toutes les monnaies globales sont plus ou moins dépendantes les unes par rapport aux autres avec une monnaie souveraine, le dollar. De plus, ces monnaies n’ont plus de valeur étalon, ce sont des monnaies dites flottantes. C’est à dire que la valeur du dollar, par exemple, dépend d’une bulle financière, d’une annonce économique, d’un incident géopolitique, ..qui peuvent faire chuter son cours et ruiner (ou enrichir) les spéculateurs, les épargnants  et changer la vie d’un nombre incalculable de personnes à cause d’un incident imprévisible dont les intéressés ne sont pas responsables. Cette insécurité dans un monde ou la monnaie est de plus en plus dématérialisée est aggravée par la mondialisation qui fait de la terre un vaste terrain de jeu où il n’y a pas de règles définies pour le plus grand bonheur d’une minorité.

D’autre part, de nombreuses personnes s’opposent à l’Euro car il a supprimé la souplesse d’ajuster l’ancienne monnaie, le franc, à la conjoncture en permettant éventuellement une dévaluation. Il faut cependant reconnaître que l’Euro est devenu une monnaie internationale indispensable et incontournable dans notre monde économique. De plus, Il conforte l’entité européenne. Alors comment concilier l’Euro avec la possibilité d’avoir plus de souplesse dans la gestion économique et sociale de notre pays ?

Par la  mise en place d’une économie raisonnée grâce à un outil intermédiaire permettant de pouvoir donner une activité rémunérée à chacun dans la mesure où il accepte un rôle actif dans la société. Celle-ci ne doit pas être concurrente mais complémentaire à l’économie de marché. Elle doit permettre de résoudre les problèmes de chômage en développant une économie parallèle sans impact négatif sur l’autre économie qu’elle pourra stabiliser voire conforter. Les modes de gestion de cette nouvelle monnaie nationale permettront aussi de mieux contrôler l’ubérisation de nouveaux métiers, de l’économie numérique et de mieux gérer leurs fiscalités..